A Licensed Tour Guide
A Licensed Tour Guide

press to zoom
A Licensed Tour Guide
A Licensed Tour Guide

press to zoom
A Licensed Tour Guide
A Licensed Tour Guide

press to zoom
A Licensed Tour Guide
A Licensed Tour Guide

press to zoom
1/4

Albert Tours Blog-  A Licensed Tour Guide - Israel

Jérusalem à travers les âges

L'histoire de Jérusalem peut être retracée sur environ 4000 ans. Cet article ne veut et ne peut être exhaustif sur tous les sites et vieilles pierres que vous pouvez trouver lors de vos visites, mais il donne une chronologie de sites choisis par périodes de cette longue histoire. Si vous souhaitez en savoir plus, il y a toutefois un site incontournable pour l'histoire de Jérusalem: c'est le musée situé à l'intérieur la citadelle de David, qui n'a d'ailleurs rien à voir avec David. (Note: ce musée est pour le moment fermé car en cours de rénovation).


Époque cananéenne, ville jébuséenne (jusqu'environ 1250 avant JC)

- Cité de David: sur ce site, vous trouverez les vestiges des murs de la ville jébuséenne (muraille en gradins), de la tour de protection de la source du Gihon, et aussi le tunnel souterrain (aujourd'hui à sec) qui canalisait vers l'extérieur (aujourd'hui la vallée du Cédron) les eaux en excès

La muraille jébuséenne à la Cité de David
La muraille jébuséenne à la Cité de David

Époque biblique, Premier Temple (jusqu'en 586 avant JC)

- Cité de David: plusieurs sections de ce site sont relatives à cette période, dont ledit Palais de David (plus tard, bâtiment administratif de la monarchie judéenne), le tunnel d'Ézéchias (tunnel souterrain où l'on marche dans l'eau jusqu'aux jambes, généralement), bassin de Siloé (en contrebas du canal d'Ézéchias)

- Ruines de l'Ophel: c'est le flanc de colline entre la Cité de David et le Mont du Temple (on y accède par l'entrée du centre Davidson)

- Quartier Juif de la Vieille Ville: vestige d'un coude de la muraille d'Ézéchias (notez l'épaisseur de celle-ci selon la couleur rouge des pierres du passage à pied) qui se poursuit jusqu'au Cardo romain

- Ketef Hinnom: lieu de sépulture datant du Premier Temple, situé derrière le centre Menachem Begin

- Saint-Étienne: dans les jardins de cette église et de l'École Biblique se trouve une sépulture souterraine datant du Premier Temple ; l'accès à celle-ci n'est pas ouvert au public et se fait sur demande par un guide certifié

- le Centre Ariel dans le Quartier Juif: maquette, expositions et audio-visuel sur la ville de Jérusalem à l'époque Premier Temple

Le tunnel d'Ezéchias, dans la Cité de David
Le tunnel d'Ezéchias, dans la Cité de David

Époque Second Temple (jusqu'en l'an 70)

- le Mur Occidental (Mur des Lamentations): le dernier vestige de l'enceinte du Mont du Temple, construit par le roi Hérode au 1er siècle avant JC; les hommes peuvent aussi se rendre dans la galerie des prières à gauche du Mur, et admirer la grande arche qui soutenait l'aqueduc et pont des Lévites qu'avait contruits Hérode pour relier la Ville Haute au Mont du Temple

- la Cité de David: lors du parcours, vous pourrez voir l'inscription de Théodotus qui prouve l'existence d'un synagogue en ce lieu et datant d'avant la destruction de l'an 70

- le bassin de Siloé: la disposition actuellement visible date de l'époque du Second Temple; il s'agissait d'un bassin public de purification avant la montée de la Rue Hérodienne en direction du Temple; Jésus y a guéri un aveugle

- la Rue Hérodienne: il s'agit de la rue que les pélerins empruntaient pour monter depuis le bassin de Siloé jusqu'au Mont du Temple; la visite consiste en un parcours souterrain dont une section a été inaugurée en 2021

- la zone de fouilles "Givati": à la fin de la Rue Hérodienne, il y a la possibilité de contempler un secteur de fouilles qui ont mis en lumière plusieurs périodes: Second Temple (peut-être les ruines de la forteresse grecque dite Acra), villa romaine (détruite par le séisme de l'an 363), Byzantine, Omeyyade

- les égoûts hérodiens: après Givati, on peut continuer à monter en direction du Temple au travers des canalisations d'égoûts de l'époque du roi Hérode; c'est là que les derniers rescapés de Jérusalem s'étaient cachés en 70 avant d'être découverts par les Romains; à la fin de ce parcours, on arrive dans le secteur du Centre Davidson

- le Centre Davidson: il s'agit d'un vaste parc archéologique où il est recommandé de débuter avec le film présenté dans le centre, ceci afin de comprendre le parcours des pélerins juifs à Jérusalem à l'époque du Second Temple; le site inclut notamment les marches de montée au Temple qui sont d'origine et que Jésus a foulées; le site inclut aussi les ruines de palais omeyyades qui ont été détruits par de violents tremblements de terre en 746 et 749

- le Mont du Temple, appelé aujourd'hui l'esplanade des Mosquées, est l'esplanade qu'avait fait construire Hérode pour abriter le pouvoir religieux et le service du Temple

- le Quartier Hérodien: situé dans le Quartier Juif, il était le lieu de résidence des familles affluentes des Lévites, avec ruines de leurs villas, etc. Il s'agissait de la Ville Haute, aristocratique

- la Maison Brûlée: les vestiges d'une villa ayant appartenu à la famille Katros de prêtres au service du Temple ; un audio-visuel raconte leur histoire possible lors de la chute et destruction de Jérusalem en l'an 70; cette famille est mentionnée dans le Talmud

- les Tunnels du Kotel: ils sont le prolongement souterrain du Mur Occicental, donc de l'enceinte du Mont du Temple construite par Hérode; la visite se fait par réservation préalable

- la "Vallée des Rois" qui est en fait la vallée du Cédron avec des tombes monumentales datant du Second Temple dont celle dite d'Absalom

- la grotte de Zédékiah: accès situé à la muraille nord de la Vieille Ville, à l'est de la porte de Damas: il s'agit d'une ancienne carrière de pierres qui ont servi à la construction de Jérusalem à différentes époques, depuis le Second Temple jusque l'Empire ottoman

- le Troisième Mur: situé un peu au nord du Jardin de la Tombe, il s'agissait de la muraille nord construite lors du règne du roi judéen Agrippa vers l'an 40 - le Tombeau des Rois: un site au nord de la porte de Damas appartenant à la France mais de façon controversée; il s'agit des tombes de la reine Hélène d'Adiabène et de sa famille; elle s'était convertie au judaïsme et avait vécu à Jérusalem jusqu'à sa mort en l'an 56; son sarcophage est exposé au Musée du Louvre à Paris

- Musée d'Israël: allez y admirer une maquette gigantesque de la Jérusalem du Second Temple, et aussi le Sanctuaire du Livre abritant les Manuscrits de la Mer Morte cachés par la secte des Esséniens; le musée archéologique vaut aussi la visite pour y voir les vestiges les plus importants trouvés en Israël à différentes périodes historiques

La rue hérodienne, sous la Cité de David
La rue hérodienne, sous la Cité de David

Époque romaine (jusqu'en 325) - le Cardo romain, situé dans le Quartier Juif; il date du règne de l'empereur Hadrien vers l'an 130 lorsqu'il décida d'effacer le souvenir de Jérusalem: il fit recontruire la ville à la romaine (avec portes, cardo, forum, temples, etc), la renomma Aelia Capitolina; la 10è Légion était établie là où se trouve la Citadelle de David; Hadrien fit aussi renommer Judée en Palestina ; on peut voir d'autres vestiges de la ville romaine dans d'autres endroits de la ville dont notamment l'arc Ecce Homo dans la Via Dolorosa et dans le couvent des Soeurs de Notre-Dame de Sion

- la Porte de Néapolis: c'est l'ancienne porte romaine menant à la ville de Néapolis, aujourd'hui Naplouse, qui a été bâtie à côté de l'ancienne Sichem biblique; cette porte romaine de Jérusalem peut se visiter en contrebas, vers l'est, de la Porte de Damas actuelle

- à l'intérieur de la ville, dans la rue descendant de la Porte de Damas, on voit l'emplacement de la colonne romaine marquant le "mille zéro" c'est-à-dire le point à partir duquel les distances romaines étaient marquées en Judée; l'existence de cette colonne, qui existait encore à l'époque byzantine, a donné le nom en arabe de la porte de Damas à savoir: Bab al-Amoud, c'est-à-dire la Porte de la Colonne - la Lithostrotos, c'est à dire la rue pavée, dans le couvent des Soeurs de Notre-Dame de Sion: c'est le dallage de pierres du forum qui se trouvait à côté de la porte de l'est, dont on voit l'arc Ecce Homo encore aujourd'hui; selon la tradition chrétienne, Jésus aurait été détenu par les légionnaires romains à cet endroit; mais, en réalité, cette porte romaine et son forum adjacent (et son pavage) n'ont été construits que vers l'an 130, lors de la construction de Aelia Capitolina, donc bien après le temps de Jésus

La porte romaine de Néapolis à Jérusalem
La porte romaine de Néapolis à Jérusalem

Époque byzantine (jusqu'en 638) - le Cardo byzantin, dans le prolongement du Cardo Romain; cette extension du Cardo a été réalisée vers 540 par l'empereur Justinien lors de la construction de la nouvelle grande église de 22 mètres de large, la "Néa", dans la Vieille Ville de Jérusalem (cette église se trouvait à l'emplacement actuel du parking près de la porte de Sion; il est possible sur RDV de voir les vestiges de ses absides)

- maquette de la Jérusalem byzantine dans le site (français) de l'église de St Pierre en Galicante, sur les pentes du Mont Sion

- reproduction de la carte de Madaba, découverte au début du 20ème siècle dans l'église de Madaba en Jordanie: mosaïque de la Terre Sainte du temps de l'empereur byzantin Justinien, vers l'an 545

- le Saint Sépulcre: plusieurs sections de ce complexe datent de diverses époques byzantines, l'une des plus anciennes étant la chapelle syriaque, à l'arrière de l'édicule, qui contient des niches funéraires de l'époque Second Temple et de Jésus; la reine Hélène, en faisant construire le tombeau du Christ avait souhaité conservé ces niches pour montrer que, contre toute apparence ultérieure, le lieu était bien un lieu de sépulture du temps de Jésus; selon la tradition chrétienne, ces niches étaient celles de la famille de Joseph d'Arimathée ; l'entrée actuelle du Saint Sépulcre date de l'empereur byzantin Monomachus (vers l'an 1056)

- Tombeau de la Vierge: lieu traditionnel de la mise au tombeau de Marie, qui était tombée dans le sommeil éternel "près de David", donc au Mont Sion

- Dominus Flevit, au Mont des Oliviers: l'église moderne du début du 20è siècle a été bâtie sur les vestiges d'une église byzantine en ce lieu pour laquelle on peut encore voir les vestiges de l'autel, l'abside, et une inscription en grec

Le Cardo byzantin à Jérusalem
Le Cardo byzantin à Jérusalem

Époque omeyyade (jusqu'en 750 environ) - Le Dôme du Rocher, sur le Mont du Temple appelé Haram al-Sharif par les Musulmans: bâti en 691 par le calife omeyyade Abdel al-Malek, jamais détruit jamais reconstruit (mis à part l'or de son dôme), c'est le plus ancien bâtiment au monde qui continue dans sa fonction originelle; sous le dôme, le "rocher" est celui qui forme le sommet du Mont du Temple où, selon les traditions, Dieu a créé Adam et où Abraham avait dû sacrifier Isaac, et d'autres événements bibliques mais c'est surtout le lieu où reposait l'Arche d'Alliance (donc le Saint des Saints) - la mosquée El-Aqsa: le premier édifice, construit vers 705 par le calife al-Wallid, a été détruit lors du tremblement de terre de 746

- Centre Davidson: emplacements marqués des palais omeyyades qui n'existent plus aujourd'hui (détruits par tremblements de terre)

Le Dôme du Rocher au Mont du Temple
Le Dôme du Rocher au Mont du Temple

Époque abbasside (jusqu'en 970 environ) Après les Omeyyades, le pouvoir régnant sur la Terre Sainte et Jérusalem a été essentiellement abbasside, avec des périodes toulounide, seljoukide, et ikhshidide - la mosquée El-Aqsa: détruite à l'époque omeyyade, elle a été recontruite moitié moins grande par le calife al-Mansour en 754; mais elle fut de nouveau endommagée par un tremblement de terre et réparée en 771

Mosquée El-Aqsa au Mont du Temple
Mosquée El-Aqsa au Mont du Temple

Époque fatimide (jusqu'en 1099)

Les Fatimides ont perdu le contrôle de la Terre Sainte et de Jérusalem entre 1073 et 1098 au profit des Seljoukides; ils ont repris le contrôle en 1098, quelques mois avant l'arrivée des Croisés en juin 1099

- le Saint-Sépulcre: le calife al-Hakim a ordonné la destruction des lieux chrétiens en 1009, dont l'église byzantine (de la reine Hélène) de la Anastasia, qui était la première église au côté du tombeau du Christ; après la mort de al-Hakim, le nouveau calife permet à l'empereur byzantin Monomachus de reconstruire l'église; mais celle-ci est plus petite et l'entrée s'est faite désormais du côté sud: c'est la disposition actuelle du Saint-Sépulcre

- la mosquée El-Aqsa : elle fut détruite par un autre tremblement de terre en 1033 et reconstruite par le calife al-Zahir deux ans plus tard ; la majeure partie de la mosquée actuelle date de cette dernière construction, bien que le toit se soit effondré lors du tremblement de terre de 1927 et reconstruit par la suite

Parvis et entrée du Saint-Sépulcre
Parvis et entrée du Saint-Sépulcre

Époque de la Première Croisade (jusqu'en 1187)

Les Croisés ont pris Jérusalem le 15 juillet 1099 et y ont régné jusqu'à la conquête de la terre Sainte par Saladin en 1187

- le Saint-Sépulcre: extensions importantes faites pendant le règne de la reine Mélisande (vers 1150) dont le Catholicon et le deuxième dôme du Saint-Sépulcre

- Citadelle de David: celle-ci n'a rien à voir avec le roi David; il s'agit de la forteresse croisée qui devait défendre Jérusalem: on peut en voir l'architecture depuis l'extérieur et l'intérieur de la Porte de Jaffa; on peut y voir une muraille à créneaux, des meurtrières et des machicoulis, le lieu du pont-levis et une barbacane, ainsi qu'un fossé et une poterne

- Salle du Dernier Repas de Jésus, au Mont Sion: elle date de cette période et a remplacé la salle qui avait construite à l'époque byzantine mais détruite par les Perses sassanides vers 614 ; à l'extérieur du Tombeau de David, il y a les vestiges sur cloître d'un monastère bâti par les Croisés sur ces lieux, avec des marques laissées par les tailleurs de pierre

- le marché : la partie du Cardo romain a été réutilisée par les Croisés comme un des trois marchés de la ville; on peut y voir aujourd'hui les piliers et voûtes de cette période

- Mosquée el-Aqsa: sur le mur Est, rosace construite par l'ordre militaire religieux qui avait établi son quartier général dans la mosquée: l'ordre des Templiers - Mouristan: ici était le quartier général de l'ordre des Hospitaliers (mouristan veut dire hôpital en arabe); un monument rappelle ce fait, et la voussure au dessus de l'arche de l'entrée nord de l'église luthérienne du Sauveur comporte une décoration et inscription avec les mois de l'année (en français)

- Quartier Juif: près des restaurants, en commençant à descendre les marches vers le Kotel, il y a les vestiges du quartier général à Jérusalem de l'ordre croisé des Chevaliers Teutoniques (ordre allemand des Hospitaliers, fondé à Saint-Jean d'Acre en 1128)

- Complexe Sainte-Anne: dans ce domaine français géré par les Pères Blancs, se trouvent deux édifices de l'époque des Croisés; le premier est une petite chapelle (un moustier) dont il ne reste que la crypte et l'abside; le second est l'église dédiée à Anne mère de Marie (mère de Jésus) qui aurait donné naissance à sa fille Marie en ces lieux; l'édifice encore intact date du règne de la reine régente Mélisande et bâti vers 1140; sous l'église, se trouve la grotte dite de la Nativité de Marie

- Tombeau de la Vierge: à l'époque de la reine Mélisande, l'entrée de la nécropole a été construite plus en hauteur par rapport à celle de l'époque byzantine, ceci pour éviter les innondations du torrent du Cédron à l'intérieur de l'édifice

- Chapelle de l'Ascension: au sommet du Mont des Oliviers, lieu traditionnel de l'ascension de Jésus aux cieux après 40 jours depuis sa résurrection; la chapelle est sous forme d'un octogone soutenu par des colonnes et était ouvert à l'air et au ciel, du temps des Croisés; puis Saladin y a installé une mosquée, a muré l'espace entre les colonnes et a ajouté un dôme

Eglise Sainte-Anne à Jérusalem
Eglise Sainte-Anne à Jérusalem

Époque ayyoubide (jusqu'en 1260)

- la Salle du Dernier Repas (le Cénacle): Saladin y a fait installer un minhab pour indiquer la direction de La Mecque et donc en faire une mosquée (aussi à la Chapelle de l'Ascension)

- Citadelle de David: Saladin fait élever une tour au-dessus de la forteresse croisée

La salle du Dernier Repas avec son 'minhab' musulman
La salle du Dernier Repas avec son 'minhab' musulman

Époque mamelouke (jusqu'en 1517)

- Citadelle de David: une tour est élevée au-dessus de celle de Saladin

- Mont du Temple: de nombreux édifices y sont ajoutés dont deux minarets; les Mamelouks y ouvrent aussi un nouvel accès en construisant le marché des Cotonniers

Architecture mamelouke à Jérusalem
Architecture mamelouke à Jérusalem

Époque ottomane (jusqu'en 1917)

- les murailles de Jérusalem et ses portes: construites vers 1540 par le Sultan Soliman le Magnifique, la porte le plus majestueuse, créée par son architecte Sinan, est la porte de Damas; les autres portes qui datent cette époque sont celles de Jaffa, des Fleurs, des Lions, des Immondices, et celle de Sion. Toutes ces portes ont au moins deux noms: un donné par les Croisés (et Chrétiens) et un donné par les Musulmans; la porte de l'est, dite Dorée, est plus ancienne et a été scellée par Soliman; la Porte Neuve, au nord des murailles, a été percée par les Ottomans à la fin du 19è siècle pour permettre aux pélerins chrétiens d'entrer dans la Vieille Ville par le quartier chrétien plutôt que le quartier musulman par la porte de Damas; il est possible de marcher en haut des murailles avec deux parcours proposés au départ de la Porte de Jaffa

- Citadelle de David: une muraille avec créneaux a été ajoutée par les Ottomans au sommet de la tour mamelouke

- les divers bâtiments et quartiers, juifs et chrétiens, à l'intérieur et à l'extérieur des murailles: ici la liste est trop vaste pour être contenue dans cet article

Les murailles de Jérusalem
Les murailles de Jérusalem

Époque mandataire (jusqu'en 1948)

Il s'agit de la période pendant laquelle la Grande Bretagne s'était vue assigner la tâche de créer un état juif et un état arabe dans le vaste territoire qui inclut aujourd'hui la Jordanie (environ 2/3 du territoire mandataire), Israël, la Judée et la Samarie, et la Bande de Gaza. La liste ci-dessous des bâtiments de cette période n'est pas exhaustive.

- l'église écossaise: construite en 1917 en honneur aux régiments écossais qui servaient dans l'armée du général Allenby; devant l'autel se trouve une dalle gravée avec le nom de Robert Bruce, roi d'Ecosse, qui avait souhaité que son coeur soit enterré à Jérusalem après son décès (en 1329)

- l'hospice italien, construit en 1919, dans le style néo-gothique, avec une tour rappelant le Palazzo Vecchio de Florence; bâti pour les pélerins italiens, il a ensuite été réquisitionné en 1939 par l'armée britannique jusqu'à leur départ en mai 1948

- le consulat éthiopien, à la rue des Prophètes, avec quatre cornes sur son toit pour rappeler l'autel des sacrifices au Temple de Salomon

- le quartier juif de Rehavia: la terre avait été achetée en 1921 auprès du Patriarche grec orthodoxe pour y construire des logements; le design urbain en vogue à l'époque en a fait un exemple de "ville-jardin"; au coeur du quartie se trouve le bâtiment de l'école juive "Gymnasia" qui était le lieu de résidence du Premier Ministre jusqu'en 1974

- Talbiya: un quartier au sud des murailles, dont la terre avait été achetée par de riches Arabes chrétiens auprès du Patriarche grec orthodoxe dans les années 1920-1930; le quartier a été abandonné de ses habitants en 1948 et a été utilisé depuis pour des logements juifs; une propriété particulière (la villa Salameh) abrite aujourd'hui des bureaux du gouvernement belge

- le YMCA, en face de l'hôtel King David: inauguré en 1933, il est chargé de symboles évoquant les trois religions monothéistes

- le musée Rockefeller, inauguré en 1938: il renferme les trouvailles des fouilles archéologiques menées par les Britanniques depuis le 19ème siècle

- "Bevingrad": c'est le quartier russe, au nord des murailles, que les Britanniques avaient transformée en camp retranché après la 2ème guerre mondiale; on y visite notamment le complexe des prisons

L'église écossaise de Jérusalem
L'église écossaise de Jérusalem

J'espère que ce bref article donnera envie aux lecteurs de se rendre à Jérusalem et d'y découvrir ces lieux et beaucoup d'autres, avec les explications d'un guide certifié par le Ministère du Tourisme.


Albert Benhamou

Juin 2022



You Might Also Like: